L’opposant Jean Claude Vuemba en danger de mort

L’opposant Jean Claude Vuemba en danger de mort

KINSHASA)- Le leader du Mpcr se sent menacé. L’élu de Kasangulu commence à subir des menaces de mort suite à ses prises de position radicale. Tout récemment, l’opposant a été accusé faussement d’avoir mobilisé ses collègues députés afin de conspuer le président Kabila lors de son adresse devant les deux chambres du congrès. Fausseté et mensonge. L’homme était à Kasangulu. Trois jours avant le congrès, il avait même annoncé aux medias qu’il n’y participera pas. Seulement la veille du jour du congrès, son téléphone ne cessait de recevoir les appels des gens de la majorité au pouvoir. Le message était clair. Le leader du Mpcr aurait reçu l’argent pour pousser ses collègues de l’opposition à chahuter le président Kabila.

 

Pour le Bureau politique du Mpcr, l’accusation du pouvoir est une cabale montée pour nuire à Jean Claude Vuemba. ‘‘Le Bureau Politique du MPCR, dénonce avec la dernière énergie ce plan machiavélique contre son Président National et saisit cette opportunité pour mettre en garde toutes les forces maléfiques qui cherchent à compromettre la vie de ce digne fils Ne-Kongo afin de l’empêcher de postuler à la présidentielle de 2016 comme il l’a déclaré’’, peut-on lire dans la déclaration. Aussi et surtout, il informe l’opinion tant nationale qu’internationale que le député Jean Claude Vuemba Luzamba est en danger, si jamais quelque chose de mauvais lui arrive, la responsabilité incombera la Majorité au Pouvoir.

 

DECLARATION N°12/12/BP-MPCR/2014

LA VIE DE L’HONORABLE JEAN CLAUDE VUEMBA LUZAMBA, PRESIDENT NATIONAL
DU MOUVEMENT DU PEUPLE CONGOLAIS POUR LA REPUBLIQUE EN DANGER

Le Bureau Politique du MPCR, réuni en session ordinaire ce Samedi 27 Décembre 2014, sous la houlette de son Président National, l’Honorable Jean Claude VUEMBA LUZAMBA, au Siège National de cette Formation Politique, situé au n°63 de l’Avenue Kasa-Vubu, dans la Commune de Ngiri-Ngiri, publie la déclaration dont la teneur suit : Avant le 15 Décembre 2014, date de la tenue du discours du Chef de l’Etat au Congrès, le Président National du MPCR, l’Honorable Jean Claude VUEMBA avait fait une déclaration aux medias de la place afin de rendre publique sa position par rapport aux dispositions prises par le Bureau Politique de son Parti, en disant qu’il ne participera pas au Congrès ;

 

En effet, le compte à rebours étant déjà commencé, à moins de deux ans de l’organisation des élections, les membres de la Majorité Présidentielle cherchent déjà les voies et moyens d’éliminer les piliers de l’Opposition au lieu de se préparer pour la bataille en se choisissant un dauphin à Monsieur Kabila. Dans ce lot figurent les noms de plusieurs Opposants, entre autres, l’Honorable Jean Claude VUEMBA LUZAMBA.

 

Durant la première moitié du mois de Décembre 2014, étant dans son fief électoral, il a reçu plusieurs appels téléphoniques émanant de certains députés et autres personnalités de la Majorité Présidentielle qui siègent dans la chambre basse du Parlement et des services de sécurité (ANR, DGM). Selon ses interlocuteurs, une rumeur circulait au sein de la Majorité Présidentielle à son sujet, lui accusant faussement d’avoir empoché une bagatelle somme d’argent pour distribuer aux Députés Nationaux, membres de l’Opposition chargés de semer le trouble durant cette cérémonie et de chahuter le discours du Chef de l’Etat lors du Congrès convoqué le 15 décembre 2014 au Palais du Peuple. Ne dit-on pas que : « quand on veut éliminer un adversaire, on le traite de fou ?».

 

Or, l’article 77 de la Constitution stipule que : «Le Président de la République adresse des messages à la Nation, il communique avec les chambres du Parlement par des messages qu’il lit ou fait lire et qui ne donnent lieu à aucun débat ; il prononce, une fois l’an, devant l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en Congrès, un discours sur l’état de la Nation ». Comment expliquer dès lors, que des collègues députés non autrement identifiés du PPRD, CNC et autres cadres des services de sécurité civile et militaire, puissent par voie téléphonique, lui imputer des faits imaginaires dont ils ne sont pas capables de brandir la moindre preuve. Ces affirmations gratuites, greffées des allégations mensongères, sont dépourvues de tout fondement et visent à flatter l’amour propre du Chef de l’Etat pour des intérêts inavoués.

 

Evoluant au sein des institutions, les précités auraient mieux fait de saisir par toute voie de droit, le Bureau de l’Assemblée Nationale avant de proférer des menaces de mort envers sa personne. L’UDPS et Alliés, Groupe parlementaire auquel il appartient et assume les fonctions de deuxième Vice-président, avait bel et bien décidé de boycotter ledit congrès en raison de la volonté délibérée et manifeste de la majorité présidentielle de modifier la loi électorale et la constitution en perspective des élections programmées en 2015, 2016 et 2017.

Comment donc par enchantement, l’élu du territoire de KASANGULU, qu’il est, (d’où il a suivi et analysé l’Etat de la Nation avec sa base électorale) pouvait jouir du don d’ubiquité comme l’enchanteur Merlin ou le magicien aux sept bottes pour se retrouver au même moment dans
la commune de Lingwala et dans la cité de Kasangulu, située à 50Km de la ville province de Kinshasa.

Le panneau blanc du marché modernisé par le MPCR, sous la route nationale Kinshasa-Matadi (365 Km) faisant foi à la périphérie de ladite cité urbano-rurale accessible à une heure de parcours par véhicule.

 

La contradiction manifeste des faits et des lieux autorise le Bureau Politique du MPCR à croire à une cabale cabalistique montée par des forces obscures qui veulent le réduire au silence alors que la démocratie rime avec la liberté d’expression.

 

Pire, elles veulent attenter à sa vie au cours de ses pérégrinations régulières entre les deux provinces du Bas-Congo (District de la Lukaya) et la ville de Kinshasa, capitale de la RD Congo, durant les Week-end et les vacances parlementaires. Le scénario à cet effet serait celui d’organiser un accident, dit-on, est vite arrivé avec les camions remorques qui écument sur la route nationale Kinshasa-Matadi.

 

De ce fait, le Bureau Politique du MPCR, dénonce avec la dernière énergie ce plan machiavélique contre son Président National et saisit cette opportunité pour mettre en garde toutes les forces maléfiques qui cherchent à compromettre la vie de ce digne fils Ne-Kongo afin de l’empêcher de postuler à la présidentielle de 2016 comme il l’a déclaré. Aussi et surtout il informe l’opinion tant nationale qu’internationale que l’Honorable Jean Claude VUEMBA LUZAMBA est en danger, si jamais quelque chose de mauvais lui arrive, la responsabilité incombera la Majorité au Pouvoir.

 

Le MPCR, la lutte s’intensifie !

 

Fait à Kinshasa, le 27 Décembre 2014
Pour le Bureau Politique
Gabin MUKE S
Directeur du Bureau Politique a.i

//7sur7.cd/new/lopposant-jean-claude-vuemba-en-danger-de-mort/



13/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres